mercredi 25 février 2015

Jeanne, Vu par Noémie Privat, Patrick Da Silva, Les Editions du Chemin de Fer

Je referme ce livre avec regret car je l'ai beaucoup aimé. Mais je garde en moi la brûlure de la passion féminine sous toutes ses formes : passion revendicatrice et guerrière, passion charnelle et des sentiments, passion contre les injustices et l'hypocrisie. Ces passions qui sont, au Moyen-Age (époque du livre) de déroutants subterfuges féminins pour s'émanciper de la tutelle dominatrice masculine.
J'ai aimé écouter Jeanne, Clémence et Mathilde par leurs témoignages, leurs confidences et leurs aveux. Trois femmes très différentes par leur naissance et leurs conditions sociales, mais toutes trois reliées par la même volonté puissante de se dévêtir du carcan où le pouvoir des hommes les ont enserrées ; D'exprimer leur identité, leur rage, leur force et leur amour dans une histoire identique dont le procès est le début du livre.
Nous remontons donc fébrilement, avec impatience, les causes de l'infamie, ici jugée. La vérité se fait jour, petit à petit, par bribes des révélations qui empruntent un chemin audacieusement détourné des grands mythes historiques.
Le langage est tour à tour instruit, sensuel ou d'une violente insolence à l'égard des hommes et des femmes. Le récit est parcouru par des dessins élégants et malicieux qui enluminent les pages et font des chapitres de beaux et surprenants tableaux.
"Jeanne" est une pièce de théâtre moderne et incontournable pour raconter le chemin chaotique et universel de l'émancipation féminine.

Je remercie infiniment les éditions du Chemin de Fer et Libfly pour la lecture de ce livre dans le cadre de la Voie des Indés 2015.

Vous aussi, faites l'heureuse expérience des découvertes littéraires de la très belle opération la Voie des Indés de Libfly.com et sur le lien Facebook.

Et partagez !

Zakuro



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire