mercredi 29 avril 2015

Le voyage d'Octavio, Miguel Bonnefoy, Rivages


Le voyage d'Octavio est une surprenante et bien merveilleuse manière de découvrir à l'échelle humaine, l'histoire du Venezuela.
Loin des grands faits historiques, Miguel Bonnefoy parle de son pays en le personnifiant à travers la vie d'un homme, Octavio. Colosse au grand cœur, il est né de cette terre.
Avant que sa bien aimée, Venezuela, lui apprenne à lire et à écrire, Octavio cachait son analphabétisme derrière une vilaine plaie qui ne devait pas le trahir.
Contraint de s'exiler de son village, il parcourt les distances en même temps qu'il part à la rencontre de ses origines. Il découvre les premières figures sur les parois des grottes, il nomme les choses.
Conscient de sa force, il défie un torrent qui se déchaîne devant toute personne qui ose le traverser. Devenu protecteur des voyageurs, il est vénéré par les hommes et les femmes qu'il rencontre. A l'écoute et très proche de la nature, il s'isole aussi tel un ermite.
Il apprend beaucoup, de lui et de son pays. A ne faire plus qu'un.

L'écriture est onirique, riche en belles métaphores et allégories comme la littérature qui "devait aussi bien représenter ceux qui ne la lisent pas, pour exister comme l'air et comme l'eau, et toujours autrement".
Une grande force et vitalité sont données aux arbres comme le citronnier, à la pierre des écritures et des premières constructions, aux objets en bois empreints de religiosité, à l'argile des statues.
J'ai aimé le bel hommage à ceux qui sont privés de l'accès à l'enseignement de l'écriture et de la lecture.

C'est un très beau roman circulaire où la fin est le début, le début est la fin dans la représentation éternelle de l'existence.



Zakuro



Ce livre est disponible sur notre site de vente en ligne. 



 










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire