mercredi 10 juillet 2013

Les Hautes Herbes, Hubert Voignier, Cheyne Editeur


Une ode au vert prairial des hautes herbes écrites et gravées dans ce magnifique recueil.

Quatre souffles pour affleurer le trouble sensoriel au plus intime de l'être et de sa conscience.

L'élan joyeux, le corps arqué vers le chant d'herbes et de fleurs sauvages entrelacées :
"Comme si la nature toute entière se fendait d'un large sourire et s'ouvrait généreusement à ma conscience, s'offrait dans tout sa profondeur et sa folle opulence ; comme si mon âme par le truchement du regard avait pleinement accès à l'intimité du monde au dehors"

Le regard ébloui dans l'appréhension de chaque espèce, non à titre savant :
"sinon pour le plaisir de voir défiler tous les noms, les beaux noms des plantes sauvages....d'y voir un peu plus clair dans cet océan de formes et de couleurs".

Le rêve, devenir autre, minuscule insecte ou chevelure ébouriffée au vent dans l'infinité végétale au risque de l'étouffement :
"Je me laisse glisser progressivement dans une fantasmagorie de la prolifération végétale, submerger par cette nuit grandissante et impénétrable jusqu'à l'étourdissement, la perte de conscience du sensible".

La pensée, un avertissement de la nature, une spamoldie à la reviviscence :
" à la mémoire de ceux qui ont traversé la mort comme les eaux de pluie traversent le sol aride, avide de renaître."
.."et jusqu'à la fin des temps, de goûter pleinement la beauté du monde, d'en prendre la mesure, sans peser plus que son propre poids, sans s'attarder ni laisser de traces trop profondes derrière si, afin que partout où l'on a passé du bon temps, l'herbe repousse justement sous les pas".

La lecture de ce texte est un enchantement serti dans une jaquette et des gravures qui fleurent bon la fabrication et l'impression artisanales.

Un très gros coup de coeur.



Zakuro

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire