vendredi 6 juin 2014

Une saison à Longbourn, Joe Baker, Edition Stock


Le blanc éblouissant et le liseré fruité de la couverture, les pages souples, l'élégante typographie invitent à passer une délicieuse saison à Longbourn. Un moment agréable mais aussi nouveau et audacieux. Car Jo Baker auteure de plusieurs romans dont celui-ci est le premier publié en France choisit de faire parler et vivre la domesticité silencieuse du classique Orgueil et Préjugés de Jane Austen. Il ne s'agit donc pas d'un "remake" mais bien de la même histoire qui fait passer ses personnages "secondaires" en premier plan.

Nous faisons donc la connaissance de la fébrile fourmilière qui cuisine, récure, lessive sous l'intendance de Mrs Hill de l'aube à la tombée de la nuit au service des époux Benett et de leurs 5 filles en âge de se marier. L'avenir de tous est en jeu. Aux étages inférieurs se trouvent donc Mr Hill âgé et fatigué, Polly encore enfant et Sarah, femme de chambre et jeune fille instruite qui rêve d'un nouvel horizon et surtout d'amour. L'arrivée d'un majordome James Smith à l'attitude déconcertante vient troubler le noyau chaleureux et solidaire de la cellule familiale que l'intransigeante mais affectueuse Mrs Hill avait su recomposer.

Ce roman très réussi parle de l'éveil à l'amour d'une jeune fille, de la tendresse filiale par procuration, du poids des secrets et de l'intégrité vis à vis de soi même et des autres. Il peut manquer parfois de profondeur aux personnages mais le temps est celui du labeur, non celui de l'introspection ou de l'apitoiement d'autant que la guerre est là. Pourtant, et c'est le charme du livre, le ton est léger et frais malgré les conditions de vie et de travail très dures car Sarah et les siens vivent dans la simplicité, l'affection et la sincérite.

C'est peut-être cela la panacée au domaine de Longbourn.




Zakuro



 Ce livre est disponible sur notre site de vente en ligne




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire