samedi 16 mars 2013

Dans l'ombre de la lumière, Claude Pugade-Renaud, Actes Sud


J'aime beaucoup l'écriture sensible, érudite et terriblement romanesque de Claude Pujade-Renaud autour du très beau portrait féminin de Elissa dans la période Antique.

La femme que l'auteure appelle Elissa dans son roman a réellement existé au III-IVème siècle et figure dans Les Confessions écrites par Saint-Augustin à l'orée de sa vie.
Saint-Augustin avant de se convertir à la religion chrétienne était Augustinus, fin lettré de courant manichéen maniant avec aise la dialectique, la rhétorique et l'art oratoire.
Augustinus était aussi un homme follement épris d'Elissa d'origine modeste, humble et courageuse qui sera pendant 15 ans sa concubine "aimée et aimante" avec qui il partagea la foi manichéene et dont il aura un fils.
Pourtant, Augustinus assoiffé de reconnaissance et d'une carrière plus prestigieuse va répudier Elissa pour envisager un mariage avec une femme de son rang capable de lui ouvrir les portes de la réussite. Finalement, il ne donnera pas suite à ce mariage mais connaîtra un bouleversement intérieur, fruit d'un long cheminement spirituel où "touché par la grâce", il embrasse la foi catholique.
Elissa sera donc contrainte d'abandonner non seulement celui qu'elle aime mais aussi son fils qui mourra très jeune sans qu'elle ait pu le revoir.
Qu'est-elle devenue ? Les Confessions ne disent rien sur sa vie d'après. C'est là qu'intervient le merveilleux talent de Claude Pujade-Renaud pour faire sortir de l'ombre Elissa par une forme romanesque inventive agrémentée de précieux repères historiques et religieux.
Elissa répudiée est revenue vivre à Carthage chez sa soeur. Elle fabrique des poteries où ce travail de la terre est une métaphore à son attachement aux valeurs terrestres et accomplit chaque jour les gestes quotidiens, silencieuse.
Elle n'a plus aucun contact avec Augustinus devenu évêque. Demeurent les prêches de l'évêque et la lecture de l'ouvrage "Les Confessions" par son beau-frère, copiste.
Auditrice anonyme dans les deux cas, Elissa en est bouleversée et parfois indignée quand elle ne reconnaît plus dans les diatribes féroces de l'évêque l'homme sensible qu'elle a aimé.
Par opposition et avec courage, Elissa restera fidèle à la vie, à la lumière et à son amour.



Zakuro

1 commentaire:

  1. Je remercie vivement Zakuro de partager tous ses coups de cœur littéraires avec nous. N'hésitez pas à faire de même !

    RépondreSupprimer