vendredi 18 octobre 2013

Pietra viva, Léonor de Récondo, Editions Sabine-Wespieser


En cette année 1505, le sculpteur Michelangelo est tout à son œuvre de création de la pierre.
Une pierre qu'il modèle veinée de marbre. Une pierre qu'il veut rendre vivante à l'image des corps humains pour en extraire la perfection et l'harmonie dans toute sa lumière.
Peut-être aussi une façon de taire une plaie profonde qu'un drame va rouvrir. En état de choc, Michelangelo part seul dans les montagnes de marbre de Carrare.
Durant son séjour, son cœur va lentement s'ouvrir à ses souvenirs par l'amitié de gens simples et l'affection franche d'un petit garçon de 6 ans.
A partir de ce moment, son regard sur l'art sera profondément modifié, de perfectible il devient perméable au sensible.

Je me suis laissée portée par la douce et lente éclosion des émotions et des sensations que font naître les mots, à fleur de peau, de Léonor de Récondo.
Un timbre profondément humain que l'auteure également violoniste baroque excelle à nous faire entendre dans la fluidité de l'écriture.

Pietra viva peut se lire sans nécessité de posséder de connaissance spécifique sur l'art, la curiosité suffit.

C'est un de mes grands coups de cœur de la rentrée littéraire découvert à la Fabrique à Rêves.



Zakuro

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire